Conclusion

Dans un premier temps, nous avons expliqué le fonctionnement du système nerveux et abordé les connaissances indispensables à la compréhension, l'étude et la synthèse du sujet.

Suite à cela, nous nous sommes plongés au coeur du thème, à savoir, la biochimie des émotions. En effet, tout comme les mouvements ou encore la réflexion qui sont étroitement liés, les émotions sont dirigées par le cerveau : les détecteurs sensoriels transmettent des informations, qui, analysées par certaines parties cérébrales, sont directement utilisées pour produire l’émotion.

Car l’émotion n’est en fait qu’une réaction à une situation donnée. L’homme évolue dans un monde interactif, parfois même agressif et il doit être en mesure de communiquer et de se protéger. Commandée par le cerveau, toutes les données de l’émotion sont envoyées au reste de l’organisme.

Il réagira et créera ainsi le plus grand atout de l’homme : l’émotion et donc l’adaptation.

Enfin, nous avons mis en évidence les différentes pathologies (syndromes, maladies et dépendances) liés à la biochimie des émotions. Toutes ces notions font néanmoins toujours l’objet de recherches : les progrès de la science moderne évoluent rapidement, entraînant de nouvelles découvertes et la réfutation de certaines théories.

Nous pouvons finalement affirmer qu'il existe une biochimie des émotions. Les chercheurs analysent certaines émotions avec le moyen de technologies récentes comme la tomographie à émission de positons et obtiennent des résultats intéressants, mais ne savent pas toujours comment les interpréter.

L'encéphale est l'une des matières les plus complexes de l'univers, il nous paraît clair qu’il est pour l’instant encore impossible de pouvoir comprendre tous les mécanismes biochimiques du cerveau lors des émotions.