1. Généralités

2. Exemple de la cocaïne

3. Une recherche de plaisir



3. Une recherche de plaisir

Les questions soulevées par les drogues sont :

Pourquoi vouloir se contenter du plaisir naturellement alors qu’on pourrait l’avoir avec des procédés chimiques plus simplement, en sachant que le cerveau utilise déjà des substances similaires aux drogues ? (endorphines…1

D'où vient le plaisir de commencer et/ou continuer à prendre les drogues en général ? Est-ce toujours vraiment du plaisir ?

Pour le fait de commencer, cela correspond à une recherche de sensations, de nouvelles émotions, généralement pour satisfaire une certaine curiosité.

Pour le fait de continuer, il en va autrement. En effet, le plaisir procuré par la drogue provient de son interaction avec les neurones dopaminergiques.

La drogue faisant appel un une très forte augmentation de dopamine, après que les effets se soient dissipés, le cerveau a tendance à vouloir renouveler cette sensation et cela incite à en reprendre.

De plus, les individus qui ont un peu de récepteurs d’une substance donnée, auront une réaction qui les poussera à reprendre de cette substance et augmentant les doses. Ainsi leur système de récompense est peut être déjà défaillant. Ceux-ci sont donc plus vulnérables aux drogues notamment et en prennent pour subvenir à une diminution d’activité du système de récompense interne.

Il faut tout de même préciser que, si au début, la personne prend de la drogue, plus tard lorsqu’elle sentira une dépendance, elle ne s’en passera plus. Ne plus s’en passer est, pour diverses raisons (financières, médicales…), totalement impossible, car elle ne pourra plus avoir de vie sociale normale (grands moments de dépression entre les phases de prise de substance). Les cocaïnomanes ou en plus général, les drogués qui sont devenus dépendants d’une substance ne veulent plus continuer à en prendre. Ils sont juste quelques sortes obligés par leur cerveau à renouveler les doses.

Pour les personnes alcooliques, le même mécanisme s’exerce. Beaucoup veulent fuir leurs problèmes. Beaucoup de buveurs ne veulent plus se sentir exister psychiquement et se réfugient dans l’alcoolisation.

Pour les fumeurs de tabac, la nicotine crée aussi une accoutumance. Beaucoup veulent arrêter, mais ce qui amène à re-fumer, c’est le manque, la dépendance qui se sont installés.

Il n’est finalement plus toujours question de plaisir, étant donné que certaines gens veulent tout stopper. En fait, le plaisir agit pendant un certain temps, ensuite, il diminue et ne se ressent même plus vraiment, mais l’habitude de fumer ou de boire s’est installée…, et le manque survient.

1 voir 3. a. Mode d’action des drogues